2 mai 2021

 

Au fond, je n’vois pas trop quel est l’intérêt de cette suite

« Pedro, 15 ans après… »
Quel est l’enjeu de cette écriture ? Quel en est le nerf ?
Je dirais que…Fatalement, le sujet c’est
le temps

La passion dans le tempsL’évolution d’une passion… 

Si ce n’est cela, c’est quoi le propos ?
Les tiraillements- doutes d’une femme d’un certain âge…Entre
deux amants
Deux « 
amours impossibles »… ? Son travail, son désir (affects…sexe…)

(Bon, pourquoi pas ?! Je n’dis pas que cela ne saurait être intéressant…
Mais, quant à la forme…Moi, j’en attendrais plus !

En attendant… Mon feeling le long de cette question me pousserait

à re lire « Malina » le roman d’Ingeborg Bachmann…

Pour en revenir à l’écriture de « Pedro »…puis « Pedro, 15 ans après »…(*1)
le 1
er flux a été écrit à 45 ans…Et cela me paraît légitime à cet âge-là

d’écrire…15 ans plus tard, à 60 ans, (c’est peut être tout aussi légitime…( ?)

mais…Mais ça passe mal, ou même ça ne passe pas, ou plus.

(cf la sensation de Jean Christophe, le compagnon de Muriel qui semblait dire

qu’il ne comptait plus…Qu’il avait fait son temps !)
Pour d’étranges raisons, certains ne sont plus tous jeunes, (et donc ils dégagent !
Ils ont fait leur temps ! Ils se fourvoient de croire

que c’est du haut (ou du bas !) de leur vieillesse humble qu’il leur revient (encore !) de « témoigner »…sur ceci, ou cela ! Non ! Basta ! Marre des vieux…
Qui veulent
transmettre… « dire-écrire leur sensation »…

En fait, passé un certain âge, certains « sujets »… (à mes yeux, gagnent à rester « tabou » !

(quoique l’on en dise – voir qui est ce « on » ! – ils ennuient un peu …(si ce n’est plus : ils navrent…désolent!)

Et quoi…Peut être n’y-a-t-il rien à conclure de « tout ça »…Mais
Sans nul doute, c’est une occasion de
réfléchir

(*1) peut être mon feeling est-il trop « perso » ( ?)
Vieillissant, je n’crois pas opportun de « f
aire signe » de ce qu’il en est

du devenir d’une passion, passé un certain âge !

Même « témoigner »…Témoigner de nous, de notre histoire…De notre « chance » aussi…

(Oui, du facteur « chance » ! Car je suis convaincu, qu’il en faut ! ) Témoigner donc de ce que

j’ai eu, nous avons eu la chance de vivre, les hauts, les bas…etc

(comment ne pas nommer ici, la part, que « moi », je juge un peu « obscène » de « nos méandres intimes »…?!) Au moins, des « méandres » nous en avons !

Quelle chance quand d’autre n’en ont pas ! Bref,

pour moi, parler de « tout ça » me semble peu opportun…

Pourquoi ne pas laisser planer une sorte de « mystère pudique »…sur ce que nous vivons ?!
Sur « 
nous », et la passion…Notre manière d’avoir rencontré la passion…
(Quant à moi, ici, je choisis sciemment ce mot « 
passion »,

pour nommer le plus précisément possible qu’il ne saurait être question

d’un amour de raison !)

La passion…(?) je dirais que « nous »…Nous la vivons à notre manière…

Nous avons la chance de la vivre !
Nous avons toujours espéré la rencontrer…Et quoi, chance !

Quand d’autres en ont si peu ! N’est-ce pas aussi un peu…la chance qui a joué

en notre faveur  ?! Je n’sais pas…

Sur cette question, chacun de nous, pourrait bien sûr (se) dire que si l’amour-passion a été trouvé,

ce ne fut pas sans mal ! Ce ne fut pas sans larmes, sans douleur, sans souffrir,
sans en payer le prix…etc

Ok, ok ! Rien ne m’empêchera de penser que même si nous avons « souffert »de fait…
Même si nous avons su, pu provoquer le destin,

il a bien fallu aussi que le facteur « chance » soit de la partie…
Et cette « 
chance » entre nous deux, assez tardivement rencontrée…

nous impose en retour d’être discret sur notre bonheur du jour…
(Et s’il s’agit d’un bonheur ombré…S’il s’agit de donner
l’image véridique d’un bonheur
qui a eu

(et peut être a-y-il encore?) des heures sombres, troubles…Alors je dirais que cela, le récit avec

des mots, ou/et des images…de « ce qui s’est passé entre nous, et de ce qui se passe aujourd’hui » n’a de mon point de vue aucun intérêt pour autrui !)

2021-05-02T11:32:12+00:00