Utopie

Textes matériau (1) pour la Fonderie (Le Mans)
chantier 1  « utopie d’un lieu » :
U comme utopie…ce pourrait être le mot-clef…
Nous pourrions faire naître un chantier utopie d’un lieu…
oui, un lieu
voir ensemble ce qu’est un lieu… 
qu’est-ce que pourrait (devrait ?) être un lieu à venir ?
à nos yeux…aujourd’hui, en 2017…
L comme lieu

voir ce qu’a été l’aventure des labos d’Aubervilliers de 1993-2000 …
Nous parlerons de « retours sur un lieu » car, au delà de la question de
savoir ce qui s’y passe maintenant, (aux labos’ d’Auber)
il serait question de voir ensemble ce qui s’y est passé, avant
(faut-il dire autrefois?)…
lors de la fondation du lieu, et durant les premières années,
avant hier…hier…
de voir comment cela résonne aujourd’hui, hors les murs… 
si toutefois cela résonne encore (?!), ce qui n’est pas dit !

C’est toute la question de l’héritage…
oui, H comme héritage
que faisons-nous du passé, de notre passé commun,
de ce qui s’est passé dans un lieu, avant nous ?
de ce qui a été vécu avant, dans le temps d’avant…
par soi, par d’autres ?
de tout ce qui s’est sédimenté, s’est déposé, accumulé par strates
au fil du temps ?
que faisons-nous de « tout ça », au fil du temps,
après coup ?

Très souvent je dirais que
nous ne faisons pas grand chose des héritages liés aux
innombrables expériences vécues avant nous,
par les uns et les autres…(!)
expériences relatées, transmises…
(finalement « assez vainement » (?!) c’est du moins
ce que nous ne pouvons éviter de penser !) 
De ces expériences passées…dont certaines furent tragiques (ô combien)
plus que d’autres…( pensons aux témoignages de survivants de guerres…)
nous ne faisons rien ou si peu !
il nous faudrait revoir « tout ça » de plus près ! (*0)

–revoir le petit texte
« expérience et pauvreté » de Walter Benjamin – (*1)

______________
Notes :
(*0)  à propos des expériences passées…

C’est ainsi que l’on vit aujourd’hui …
maints récits d’expériences passées peuvent fonder le « plus jamais ça » (!)
ou inspirer certaines de nos démarches dans le temps présent…
Le plus souvent, ce qui s’instaure c’est un rapport très vague,
très flou au passé… très à la surface…
À l’occasion, nous (nous) rappelons ceci ou cela 
(pas n’importe quoi (!) bien sûr, tant il est vrai que
l’histoire est toujours faite par les vainqueurs ! )
nous célébrons, et nous (nous) remémorons
tel ou tel moment, (dates dites d’anniversaire… !)
telle(s) ou telle(s) figure(s)…(estimée héroïque…)
La plupart des cérémonies commémoratives sont là, 
souvent «  pour la forme »…en réalité elle font écran !
en faisant cela, l’on se dédouane de faire 
certaines autres choses que l’on pourrait (devrait ?) faire  !
c’est ainsi, que l’on vit aujourd’hui…
et peut-être est-ce ainsi que l’on a toujours vécu, d’ailleurs (?!) :
« sans  penser vraiment, ce que pourrait être un rapport vivant
aux expériences passées »…
(parfois, nous vivons carrément « sans aucun rapport 
avec ce qui s’est passé avant »…
c’est, semble-t-il, ce qui prédomine aujourd’hui !
Nous vivons comme s’il ne s’était rien passé…ou du moins
comme si…certaines choses ne s’étaient pas passées…
à suivre (?) (*0 bis)
la note (*0 bis) pourrait être insérée, plus tard
(cet automne par exemple…) si toutefois il est opportun
de « préciser notre pensée »…de « développer »…etc
à voir ensemble…

 

(*1) à propos d’expérience et pauvreté de Walter Benjamin…
(cette note est à écrire…)
(je crois pouvoir le faire avant septembre…)

2018-02-20T10:02:40+00:00